24FPS HS Blade Runner

Draven 14 05:07
Sorti en 1982, le Blade Runner original de Ridley Scott a connu une histoire très mouvementée avant de devenir un film culte ayant influencé la pop culture. 24FPS, le podcast ciné avec ou sans spoiler, a décidé de tout vous raconter dans cet épisode hors-série.
Pas de signal sonore dans cette émission qui contient évidemment beaucoup des spoilers sur le film original sorti depuis 35 ans, mais aucun spoiler sur Blade Runner 2049 qui n'est pas abordé. Jérôme et Julien vous racontent l'histoire de ce film via d'innombrables anecdotes sans oublier quelques analyses et ressentis personnels.



Bonne écoute, et n'hésitez pas à partager votre avis sur la romance entre Deckard et Rachael !

Crédits musicaux : Main Titles From Blade Runner de Vangelis, issu de l'album Blade Runner - Music From The Original Soundtrack (1994), et More Human Than Human de White Zombie, issu de l'album Astro-Creep: 2000 – Songs of Love, Destruction and Other Synthetic Delusions of the Electric Head (1995)

Related Posts

sf 223580403294658887

14 commentaires

Merci!
J'ai un long trajet en bus ce week end, je sais a quoi je vais m'occuper :)
Blade Runner est un de mes films préférés mais je suis persuadé que je vais encore en apprendre!

Je suis à 200% d'accord avec Julien sur le film !!
Surtout sur les acteurs, Ford ne dégage aucun charisme !! Je comprends pourquoi Gosling est dans le 2049 ! :))
Jérôme t'as fait un boulot de dingue. J'en suis qu'à 1h mais c'est ultra captivant. D'habitude des émissions de plus de 2h, je trouve ça trop long mais là, je dévore !
beau boulot les gars !!

Le propos du film est de questionner l'identité de son "héros", qui est incertain, subit souvent les situations, et se pose constamment des questions sur lui-même.
Ford incarne l'anti-héros austère qui ne doit pas hésiter pas à tirer dans le dos pour faire son job.
Il est remarquable dans ce rôle!

Deux remarques :
- la romance n'est pas la plus mal vendue de l'histoire du cinéma :
Rien que cette année la relation Valérian/Laureline n'est pas crédible !

- personne ne connait Ridley Scott dans les équipes techniques aux US en 81?
Personne n'a vu Alien ???

Je n'ai pas du tout la même lecture du personnage de Deckard. Il semble hésiter en permanence et ne jamais savoir ce qu'il doit faire.

Difficile de mettre Blade Runner et Valerian sur un pied d'égalité, si ce n'est que dans les deux cas les romances sont très mal ficelées.

Les gens qui font les films ne sont pas forcément ceux qui vont voir les films. Et surtout, un anglais qui n'a jamais tourné aux États-Unis mais qui vient dicter sa loi, ça passe mal.

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

Arrivé au bout du cast ;)

Merci pour ce dialogue et ces recherches passionnantes.
Mais je n'ai pas la même lecture: pour moi Blade Runner est un excellent film (même s'il n'est pas exempt de défauts), et ce n'est pas à mes yeux un "coup de chance" (dans le sens "par hasard") ...
Ce film est ce qu'il est parce que de nombreuses personnes talentueuses sont à son origine !
(Par contre, de Ridley Scott, je n'apprécie pas du tout Alien! ... Autant dire que les suites/sequels ne m'intéressent pas plus ...)

Je connaissais la plupart des anecdotes, mais j'ai passé un très bon moment :)
(J'ai par exemple halluciné : je n'avais JAMAIS remarqué que Rick n adressait pas une seule fois la parole à Roy!!!)
Chapeau pour ce travail de recherche et de partage!

# Jerome, je te réserve un pot de miel, que tu pourras venir chercher à Nancy quand tu passera ;)

Par contre la lecture philosophique et métaphysique de BR sur ce qu'est un être humain n'est a mes yeux pas une sur-analyse, c'est inscrit dans les "gènes" du film :)
Après que certains sur-analysent le film, c'est évident ; tout comme les œuvres de Lynch, par exemple !

Quelques remarques :
- Que les animatronics chez JF Sébastien soient creepy, c'est logique: c'est voulu :)

- Que Bryant ait l'air sympa tout en étant une crapule : je ne vois pas le souci - ils y a bcp de crapules qui ont une attitude avenante, et c'est très fréquent dans les films !

- Etrange que Jérôme n'ait pas indiqué que BR est un des premiers films a intégrer autant de placement produits (même si c'est évoqué quand tu parles de la pseudo "malédiction" BR)

- La VF de Blade Runner est intéressante pour plusieurs raisons:
• Première fois que Ford est doublé par Richard Darbois, qui deviendra par la suite son doubleur quasi "officiel"
• ‎Sur la VF, la voix off sur l'édition VHS (la façon dont j'ai découvert le film au début du siècle) est déclamée avec bcp plus de conviction que Ford en VO
• ‎L'erreur sur le nombre de replicants n'a jamais été corrigée sur la VF ;)

PS: Le sample de "Café Flesh" (sorti en 1982, comme BR) dans la chanson finale de White Zombie n'est effectivement pas à mettre entre toutes les oreilles ;)

Je suis content de voir qu'il existe des cinéphiles que Blade Runner laisse indifférent (j'oserais même dire surcôté) sur pas mal de points, je me sens moins seul au milieu de la pluie de louanges de gens pour qui ça a boulversé leur vie.

Même après plusieurs visionnages, le film m'endort progressivement et je n'ai pas été boulversé par les visuels (novateurs pour l'époque j'en conviens) ou les thématiques. Même la musique de Vangelis est loin d'être un chef d'oeuvre de mon point de vue.

Le fait que j'ai vu le film pour la première fois assez récemment n'a sans doute pas aidé et je me suis particulièrement retrouvé dans l'avis de Julien du fan de ciné qui se retrouve devant cette forme de pression sociale de "devoir" apprécier le film de par ce qu'il représente pour la communauté.

Comme Jérome l'a très bien dit, la romance avec Rachael est non seulement inexistante mais la scène d'amour forcée m'a laissé dans un état de malaise qui me fait m'interroger sur l'être humain : comment peut-on à ce point aimer un film ou l'acteur principal est aussi moyen et qui rate complètement sa romance alors qu'elle est censée être un élément clé du film ?

Reste quand même la thématique sur l'humanité qui est intéressante à défaut d'être particulièrement boulversante.

Une remarque pas anodine sur le Box Office : certes le film n'a pas marché, maintenant le fait qu'il soit sorti 15 jours après ce qui allait devenir le plus grand succès de tous les temps pour l'époque : E.T. n'a sans doute pas aidé (même si le film de Spielberg est grand public).
BR 2049 n a pas ce handicap, mais son parcours au Box Office semble très compliqué ...

Bonjour Jérôme et Julien ! Je ne laisse de commentaires sur internet que très rarement mais j’écoute vos podcast depuis un moment déjà et j’apprécie énormément le contenu que vous proposez. Et puis j’imagine que c’est appréciable pour vous d’avoir des retours sur ce que vous faites donc je me lance !

Pour parler du film, le problème c’est que je crois que je vais redire à peu près la même chose que ce qui a déjà été dit ! J’entendais parler de Blade Runner depuis très longtemps comme un voir LE film culte de SF, mais je ne l’ai vu que très récemment. Et la… Comme l’a dit Julien c’est vraiment bizarre parce qu’on se demande pourquoi on n’a pas apprécié ce film qu’on était a priori presque obligé d’aimer. Je me suis réellement ennuyée, le scénario est ultra linéaire et je trouve le personnage de Deckard totalement antipathique. Jusqu’au bout j’y ai cru, me disant qu’il y allait peut-être y avoir une fin surprenante et mémorable… Quelle déception quand les crédits sont apparus.

Quant aux visuels du film, j’avais l’impression de regarder du déjà vu mais en plus vieux. Enfin, ça c’est le problème de voir un film qui a eu autant d’influence avec 30 ans de retard. J’imagine bien qu’à l’époque ça devait paraitre incroyable. J’avais déjà eu plus ou moins cette impression avec un film comme 2001 Odyssée de l’espace que j’ai vu plutôt tardivement aussi, mais au moins ce dernier a le mérite d’être captivant. Ici, il n’y a rien qui sauve le film. La romance comme vous l’avez dit est extrêmement mal amenée : il est totalement impossible de croire que ces deux personnages s’aiment et la scène où il la force est réellement malsaine.

Étant donné le temps que j’ai mis avant de voir Blade Runner, j’avais déjà été plus ou moins spoilée sur le questionnement qui existait autour de la nature de Deckard. Du coup je m’attendais vraiment à un film qui allait semer le doute du début à la fin. Le genre de film qui empêche de dormir car on se le repasse en tête pour analyser le moindre détail qui aurait pu nous échapper. Finalement, c’est très mal construit et en fait je réalise que je me fiche complètement de savoir si Deckard est un répliquant ou non puisque que le personnage ne m’intéresse pas et que cela ne changerait absolument rien au film.

En tout cas ça m’a fait plaisir d’écouter vos avis beaucoup plus nuancés que tout ce qu’on entend habituellement sur Blade Runner. Sur le moment je me suis dit que ça devait être moi qui étais incapable de reconnaître un chef d’œuvre.

Je voulais juste rajouter que le sujet du questionnement sur ce que c’est qu’être humain m’intéresse pourtant beaucoup, mais encore une fois il est mal exploité ici. Je le trouve bien mieux traité dans un film comme Ex Machina dont vous avez parlé dans un podcast précédent. Et pour terminer la petite parenthèse gaming : je ne sais pas si vous connaissez le jeu The Talos Principle qui propose un questionnement très intéressant autour de ce sujet et qui a franchement le don de nous mettre face à nos propres contradictions.

Merci encore pour la qualité du podcast et pour le travail que j’imagine vous devez réaliser en amont pour pouvoir nous offrir ce résultat ! :)

Un ami me dis que je devrais jouer a Talos depuis des mois! (et que j'ai acheter depuis des mois) je vais vraiment m'y mettre! Et je suis forcément d'accord que Ex_Machina le traite 100x mieux! (et est un bien meilleur film sur tout les points :))

Mais comme j'en parlais avec Jerome, je pense qu'une voix dissidente (meme si on est loin d’être les seul) faut du bien aussi!

@ Julien, Jerome et Azylis
Bien sur qu'il est utile d'avoir quelques voix dissidentes aux "concerts de louanges" autour d'un film.

En ce qui me concerne, je n'ai par exemple jamais compris ce qu'il y avait de captivant à 2001, l Odyssée de l Espace, ni apprécié Vol au dessus d'un nid de coucou - pour citer 2 films quasi unanimement considérés comme des classiques du cinéma ...

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Search

Follow us

Like us

Popular Posts