24FPS 116 : Blade Runner 2049

Draven 1 14:53
Après avoir abordé Blade Runner dans un hors-série complet, il est temps de parler de Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve dans 24FPS, le podcast ciné avec ou sans spoiler !
Dans la première partie de l'émission, Jérôme et Julien évoquent rapidement la création de cette suite du film culte de Ridley Scott et donnent leur avis sans trop rentrer dans les détails et surtout sans spoiler. Car c'est seulement après le signal sonore qui survient au bout de 1h02m50 qu'ils commencent à aborder toutes les scènes du film avec spoilers, réflexions, débats thématiques, etc...



Bonne écoute, et n'hésitez pas à nous dire ce que vous avez pensé de l'assistante holographique Joi !

Crédits musicaux : 2049 de Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch, issu de l'album Blade Runner 2049 - Original Motion Picture Soundtrack (2017), et Replica de Fear Factory, issu de l'album Demanufacture (1995)

Related Posts

sf 2285773414362594890

1 commentaires

Bonjour,

J'ai une lecture un peu differente par rapport à l'ambiance stérile de Los Angeles (et du film en général). Je le vois comme une conséquence de l'explosion nucléaire qui a poussé les gens à quitter la ville. Cf Fukushima ou Tchernobyl. De plus, Blade Runner (82) suggérait déjà un inévitable affaiblissement de la population par un désir des humains de se tirer dans les colonies. On pourrait donc imaginer que Los Angeles s'est appauvrie humainement et économiquement durant le gap de 30ans, d'où cette atmosphère aseptisée. Enfin, tous les personnages du film (réplicants comme humains) apparaissent comme n'ayant pas réellement la possibilité de quitter la ville. Les seuls humains présentés sont des flics qui doivent justement gérer Los Angeles et les androids sont sensés faire ce qu'on leur dit. Exception avec peut-être Wallace mais comme la source de sa puissance est l'exploitation du déclin de la planète, il est normal de le voir rester lié à elle. Il est facile d'extrapoler et de dire que la pluart des personnes restant sur Terre le font contre leur gré, ce qui renforce donc cette idée de morosité.

Assez d'accord avec vous pour les faiblesses du film mais en revanche je me suis fait avoir par le twist final, donc le film a mieux marché pour moi.
Certaine scènes assez reloues, toutes celles avec JOI (j'étais content lorsque sa clef USB a été détruite, chose que l'on voit venir à 10000km), la baston Elvis Presley et celle dans la flotte.

Malgré tout je considère le film comme très bon, pour l'instant au même niveau que le premier. D'ailleurs le visionnage de 2049 a été plus facile que la première vois que j'ai vu Blade Runner, mais c'est sans doute l'effet cinéma + photographie de Deakins + musique remisniscente de la BO de Vangelis. Je ne me vois pas re-regarder 2049 à moins de le revoir au cinéma ou avec un très bon système Home Cinema.
Voilà mes deux sous!

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Search

Follow us

Like us

Popular Posts