24FPS Debrief Février 2017

Draven 15 05:46
Il règne un parfum d'Oscars sur ce Debrief mensuel de 24FPS, le podcast ciné avec ou sans spoiler, puisque la 89ème cérémonie y est abordée ainsi que plusieurs des films qui y étaient présentés.
Julien et Jérôme débutent donc l'émission par leur ressenti face à la plupart des films de 2016 récompensés (ou non) par l'académie des Oscar (à partir de 00h08m10), mais ils abordent aussi 19 films sans spoiler dont voici la liste :

- O.J.: Made In America de Ezra Edelman (à partir de 00h28m43, au sein de la discussion sur les Oscars)
- Le 13e de Ava DuVernay (à partir de 00h30m46, au sein de la discussion sur les Oscars)

- Lo And Behold, Reveries Of The Connected World de Werner Herzog (à partir de 00h56m40)
- Weiner de Josh Kriegman et Elyse Steinberg (à partir de 00h59m47)
- Jackie de Pablo Larraín (à partir de 01h05m48)
- Manchester By The Sea de Kenneth Lonergan (à partir de 01h20m52)
- Moonlight de Barry Jenkins (à partir de 01h26m32)
- Les Figures De L'Ombre (Hidden Figures) de Theodore Melfi (à partir de 01h46m12)
- Un Jour Dans La Vie De Billy Lynn (Billy Lynn's Long Halftime Walk) de Ang Lee (à partir de 01h56m30)
- Lion de Garth Davis (à partir de 02h21m40)
- Lego Batman - Le Film de Chris McKay (à partir de 02h27m47)
- American Honey de Andrea Arnold (à partir de 02h45m00)
- Loving de Jeff Nichols (à partir de 02h51m44)
- David Brent: Life On The Road de Ricky Gervais (à partir de 03h00m17)
- Rock n' Roll de Guillaume Canet (à partir de 03h10m12)
- Fences de Denzel Washington (à partir de 03h16m38)
- Underworld: Blood Wars de Anna Foerster (à partir de 03h27m15)
- Chez Nous de Lucas Belvaux (à partir de 03h37m03)
- John Wick 2 de Chad Stahelski (à partir de 03h56m05)
- Split de M. Night Shyamalan (à partir de 04h10m35)

Sans oublier une seconde discussion, un peu plus houleuse et pleine de spoilers sur Split à partir de 4h27m12.



Bonne écoute, et n'hésitez pas à partager votre avis sur le cinéma de Shyamalan !

Crédits musicaux : A Job To Do de Jerry Cantrell, issu de l'album John Wick: Chapter 2 - Original Motion Picture Soundtrack (2017)

Related Posts

hors-série 2521204758787086750

15 commentaires

Jackie
Est ce que vous ne pensez pas qu en fait qu on est pas le public cible pour ce film? J ai l impression que ce film n a d interet que pour ceux qui ont vecu cette epoque et ce moment boulversant.

Oui pas bête, ça aura probablement plus d'intérêt et d'impact sur cette audience. Mais ça limite énormément le public cible, et je doute que ce soit la volonté du cinéaste.

The lego movie
Y avait un autre footballer matuidi , qui faisait la voix de flash, c est vraiment nimporte quoi de prendre des footballer pour faire un film , meme si c est juste du voice acting.

American honey
Ya une difference entre filmer le quotidien, la routine de la vie et le fait se l approprier grace a la camera et de le sublimer pour que l aspect realiste devient un atout pour permetre au spectateur de s immerger dans cette pseudo realité, je trouve que la est la difference entre american honey et moonlight ou manchester by the sea,bien qu on soit quand dans le theme du quotidien que draven supporte pas.

Fences
Est ce que vous l avez vu en VO , parce que ya un gouffre incroyable avec la VF
Car la prestation de denzel est sublime et n a rien a voir avec celle du doubleur francais

Split
Putain les gars merci je savais que y avait un truc avec bruce willis
Je me disais mais qu est ce que le gars d unbreakable fais la?
Mille mercis

Tout d’abord, je vous remercie pour vos podcasts intéressants et vos débats.
Concernant Split, je crois qu’un des intervenants (julien je crois) s’est fait spoiler par la BA parce que si on en a vu aucune c’est mon cas), je pense qu’on penche pendant une grande partie du film pour le psycho-thriller.
C’est dans la dernière partie qu’on entre dans le « fantastique » (qui peut avoir des bases réalistes mais s’oriente vers de l’irréel complet.) et qu’on largue les amarres avec ce « simple » psycho thriller ou le drama médical. C’est à ce moment-là que la bête dessinée et fantasmée prend forme et qu’on bascule dans le non-réaliste (Mc Avoy qui grimpe les murs et qui se relève alors qu’il vient de se prendre deux balles de fusil dans le corps, les déplacements particulièrement furtifs, etc… on n’est plus dans un simple thriller réaliste. Comme Incassable avec David Dunn qui soulevait des haltères de plus en plus lourds ou qui survivait « miraculeusement » à un accident où tous les autres passagers sont morts. On est dans l’extraordinaire mais ce n’est pas réaliste. Le traitement l’est, pas les actions. Et ce cinéma, celui de Shyamalan y croit et veut faire partager cette croyance. Tout le discours qu’énonce Elijah Price sur les Comics est validé dans la dernière partie du film, jusqu’à la dernière réplique.)
Pour la toute fin, on ne peut pas vraiment parler de twist mais la surprise est réelle car cette dernière scène valide toute la dernière partie du film. Si on n’était resté qu’au stade de psycho thriller, cette dernière ne serait pas vraiment crédible. Je pense aussi à un autre film qui fait un peu ça mais dans une optique différente : le 1er Halloween de Carpenter. Tout le film est réaliste mais la dernière scène : le fait que Michael Myers ait survécu et qu’il ait disparu montre un aspect « fantastique ». Ce n’est plus un simple tueur en série et le fait qu’il ait disparu donne une assise à ce que le Docteur Loomis disait sur lui (« Ce n’est pas un homme »).
Et enfin, cette scène finale, comme le dit Jérôme, provoque un flash : l’affiche du film, le titre (Unbreakable/Split) , les relations entre Kevin et Casey qui partagent le même rapport qu’Elijah Price et David Dunn (tout en dévoilant l’autre, on se dévoile sois même), le fait que Kevin pose un bouquet de fleur avant de monter dans le train pour achever sa transformation finale, la musique de James Newton Howard d’Incassable quand Kevin (et Hedwig) parlent devant le miroir (forcément brisé) à la fin comme si le perso finissait par accepter son statut de bad guy, David Dunn qui soulevait le corps de sa femme et Kevin qui soulève le corps de sa psy, etc…
Le film commence (vraiment) par un regard (dans la voiture) et se finit par ce même regard (encore dans une voiture) mais ce n’est plus la même personne qui le produit. J’ai l’impression que « La Bête » a ôté l’autoculpabilité (les marques sur le corps qui tiennent plus de l’autoscarification) qui rongeait Casey. Je pense que le film a bien un début et une fin.

Bonne continuation,

Oui c'est uniquement fait pour des raisons de marketing, mais quand on voit (entend) le résultat, ça n'a aucun sens !

Oui je pense que nous l'avons tous les deux vu en VO, et nous n'avons rien à reprocher à la prestation de Denzel Washington. Le problème réside davantage dans la pertinence de la mise en scène.

Merci beaucoup pour ces clarifications. Je valide totalement le parallèle avec Halloween. J'aurais probablement dû insister davantage sur les parallèles avec Incassable, merci de l'avoir fait.

Je crois que le talent de doubleur d'Antoine Griezmann est inversement proportionnel à son talent de footballeur.
En gros, c'est l'un des 5 meilleurs joueurs de football au monde mais mon dieu quelle catastrophe sur Lego Batman movie.

Merci pour la confirmation !

J'ai eu la même réaction que Jérôme, SPlit est un tour de force phénoménal, un film unique en son genre qui redonne au film de comic book un coup de fouet sans précédent.

Je vais même aller plus loin, je pense que c'est le meilleur film de comic book jamais fait avec incassable, parce qu'il renoue avec le coeur même des films de super-héros, avec leur mythologie.

Imaginez qu'un teen movie bateau commence Peter un héros loser, qui est amoureux de la belle rousse du lycée, et qu'il se découvre des abilités physiques blablabla, imaginez si le film ne s'appelait pas "Spider-man" mais "The Web" ou autre chose (je suis nul pour trouver des titres) et vendu comme un teen movie basique.
Eh bien c'est ce que sont Incassable et Split, on ne sait pas tout de suite que l'on regarde la genèse d'un super-heros/villain.

Dans notre Hollywood actuel, Split devrait normalement s'appeler "The Beast : Origins" ou "Unbreakable 2 : Birth of Beast".

Pour le coup ça a dû demander un immense culot pour faire ça, c'est fou.

Merci, je partage (évidemment) ton avis.

Enregistrer un commentaire

Fourni par Blogger.

Search

Follow us

Like us

Popular Posts